Concert de Noël au Palais de la Musique catalane

En cette période de fêtes, je voulais assister à un concert traditionnel de musique classique. Mais pas seulement. Il me fallait un lieu féérique, une salle où je puisse vibrer au son de la musique tout en immortalisant ce moment. Je n’eus pas longtemps à réfléchir quand je vis l’occasion se présenter : le Palais de la musique catalane, el Palau de la Música Catalana, accueillait, ce 25 décembre, la Strauss Festival Orchestra.

Cette combinaison fut parfaite. J’arrivais avant l’heure afin de découvrir le fameux Palais de la musique catalane. Ce palais, construit entre 1905 et 1908 dans le quartier de Sant Pere, fut conçu par l’architecte catalan Lluís Domènech i Montaner pour abriter le siège de l’Orfeó Català, une association chorale.

Vu de l’extérieur, le bâtiment en impose déjà. Les façades sont éclairées pour mettre en valeur les différentes sculptures et mosaïques qui font référence au monde de la musique. Il suffit de lever la tête pour admirer tous les éléments architecturaux à caractère moderniste et baroque. A l’entrée de la façade latérale, je peux découvrir d’anciens guichets originaux qui ont été réalisés à l’intérieur d’une colonne en mosaïque.

J’accède à l’intérieur du palais par le foyer. L’espace est sobrement décoré et un bar accueille les premiers spectateurs. Je me dirige vers le vestibule et j’aperçois deux grands escaliers qui montent au 1er étage. Avant de prendre place, je poursuis ma visite en traversant la salle Lluís Millet.  Celle-ci est décorée de portes et fenêtres faites de vitraux aux thèmes floraux.

L’accès à la salle de concert produit un grand effet théâtral : c’est une explosion de lumières qui s’offre aux yeux. Je comprends pourquoi cette salle de concert est une des plus singulières au monde. Des vitraux décorent les murs, d’autres ornent le plafond. Des colonnes soutiennent de chaque côté des arcs en ogives et sont agrémentées de mosaïques. C’est une véritable perle architecturale du modernisme catalan. J’en oublie presque le motif de ma venue !

Une fois installée proche de la scène, je ne peux m’empêcher d’admirer l’hémicycle au fond duquel se trouvent dix-huit muses modernistes. Chaque muse porte un instrument de musique différent.

C’est l’heure, le spectacle va pouvoir commencer. la Strauss Festival Orchestra revient sur les plus célèbres valses, polkas et marches de Johann Strauss : la marche de Napoléon, la polka de la Fête des fleurs, Klipp Klapp, la valse de l’empereur, la polka du champagne, le Beau Danube bleu ou encore la marche de Radetzky sont jouées. Ces oeuvres sont assorties d’un ballet de jeunes danseurs et une soliste biélorusse, Tatiana Tretiak, fait vibrer et chanter les spectateurs en interprétant la fameuse chanson catalane de Noël, Fum Fum Fum. Le chef d’orchestre, l’ukrainien Mykola Sukach, peut être fier de cette formation à la forte réputation musicale et professionnelle. C’est d’ailleurs avec un large sourire et quelques anecdotes humoristiques qu’il fera de ce spectacle, un événement féérique et un beau cadeau de Noël.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *