Ibiza, les trésors de l’Ile blanche

Ibiza, l’île tant réputée pour sa vie nocturne, son ambiance festive avec ses nombreuses boîtes de nuit qui attirent le monde entier… J’étais loin de me douter que cet archipel des Baléares regorge également de criques magnifiques et de petits coins paisibles dans une nature encore joliment préservée.

Un tel engouement pour les discothèques a attisé ma curiosité. J’ai donc expérimenté l’Ushuaïa, l’un des lieux les plus emblématiques des années 2010 : dancefloor extérieur au bord de la piscine, shows spectaculaires, brillant plateau de DJs tech-house et techno. L’expérience fut plutôt réussie.

Pourtant, Ibiza ne se limite pas aux tonitruantes boîtes de nuit. Le secteur de ces discothèques légendaires reste relativement concentré et ne fonctionne d’ailleurs qu’en haute saison. Loin de ces clichés touristiques, l’île cultive les secrets de son charme authentique, l’art de vivre baléarique.

La commune d’Eivissa se prête idéalement au tourisme culturel : le quartier de Dalt Vila mérite absolument le coup d’oeil. La richesse historique de ce quartier lui a valu une inscription au patrimoine mondial de l’UNESCO. J’arpente donc les ruelles de la vieille ville. En journée, les charmantes petites boutiques attirent le regard; en début de soirée, les bars en tout genre animent le quartier. Depuis les remparts de Dalt Vila, je peux admirer la vue magnifique sur toute la ville d’Eivissa et ses innombrables maisons d’un blanc lumineux. Voilà la raison pour laquelle on la surnomme l’île blanche.

La voiture n’est pas indispensable à Ibiza bien sûr, mais il serait dommage de s’en priver et de ne pas pouvoir s’aventurer sur les routes du cœur de l’île. C’est ici que je découvre toute la ruralité d’Ibiza, des petits villages situés dans des champs parsemés de buissons de romarins, de genévriers et de pins. La nature sauvage d’Ibiza y garde ses droits et peu de constructions touristiques y sont présentes. Dans ces lieux, de nombreuses personnes ont adopté un mode de vie décalé, plus détendu. En effet, hippies, artistes, sculpteurs et musiciens y ont posé leurs valises au fil du temps, avec leurs œuvres visibles dans différentes galeries que contiennent les villages.

Ouverte sur les eaux turquoise de la Méditerranée, la côte d’Ibiza recèle de trésors à découvrir, à commencer par ses petites criques. On est loin de l’agitation des grandes plages et de la fiesta des alentours d’Eivissa. Les criques se succèdent, toutes plus intimistes les unes que les autres. J’en mentionnerai quelques-unes, mais je vous laisserai le soin d’en découvrir aussi par vous-mêmes.

Je commence l’exploration de la côte ouest par la Cala Comte. Le site est splendide et la crique offre une vue sur les îlots rocheux en face, le tout entouré d’une eau transparente. Se suivent ensuite la Cala Tarida, la Cala Vadella où la plage est plus familiale, et la Cala d’Hort et son rocher mystérieux où il fait bon se restaurer et se détendre.

Située au pied d’impressionnantes falaises typiques de cette zone, Es Cubells est formée par trois petites criques séparées par des formations rocheuses. Couverte par une couche de galets, ses eaux cristallines invitent à la baignade et ses fonds rocheux cachent de nombreux coins à explorer, idéals pour ceux qui aiment la plongée. La route me mène ensuite devant les célèbres salines d’Ibiza où il est possible de s’arrêter aux plages de Ses Salinas et d’Es Cavallet qui se trouvent dans un milieu naturel protégé, avec un système de dunes d’une grande valeur écologique.

Le lendemain, de retour à Sant Antoni de Portmany je me rends à la Cala Gració très fréquentée par les résidents de la zone et emboîtée entre de doux promontoires rocheux et une forêt de sabines et de pins. Directement au-dessus de Sant Antoni et très accessible malgré la route très pentue et sinueuse , j’ai un vrai coup de coeur pour la Cala Salada. Cette plage est composée par une crique plus grande et une plus petite, au nom de Cala Saladeta, séparées par des falaises rocheuses. C’est une superbe piscine naturelle aux eaux cristallines dans laquelle on n’a qu’une envie : plonger !! Plus au Sud, la Cala Mastella semble plutôt paisible avec son petit embarcadère.

D’autres criques ne sont accessibles que par la mer ou après une longue randonnée. Ce sera l’occasion de revenir !! N’oubliez pas également de tester le dessert typique d’Ibiza : la greixonera, une sorte de pudding parfumé à la cannelle, à la saveur délicieuse.

La greixonera

 

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *